Saut au contenu

Révolutions Urbaines : La Smart City selon Charles Ragons – Episode 4

La Smart City est au cœur des discussions. Mais à quoi ressemblera la ville de demain ? Quelles sont les nouveaux paris de la ville intelligente ? Primonial REIM a interrogé des experts de la Smart City pour répondre à ces questions. Dans l’épisode 4 de notre émission « Révolutions Urbaines Charles Ragons, Directeur Asset Management de Primonial REIM, nous donne sa vision de l’immobilier dans la ville intelligente.

 

Quand on parle de la ville, quel est votre constat aujourd’hui ?

La ville change, les usages changent portés par les modifications permises par l’irruption dans nos vies du digital, du numérique, du tout dans la poche. Nous avons aujourd’hui des imbrications entre la sphère personnelle et la sphère professionnelle, entre la sphère commerciale et la sphère du loisir. Et elles sont de plus en plus fortes et impactent l’ensemble des classes d’actifs immobilières parce que l’appréhension des usages est moins liée au lieu qu’elle ne l’était avant.

Un lieu est moins monovalent et doit donc beaucoup plus s’hybrider et s’imprégner de ce qui se fait ailleurs. On voit alors une évolution dans la manière dont les gens appréhendent les lieux dans lesquels ils vivent, ils vont, ils travaillent. Donc la ville connectée, cette manière d’être connecté de partout impacte largement l’ensemble des classes d’actifs immobilières.

 

Comment l’immobilier se transforme-t-il dans cette ville intelligente ?

Aujourd’hui il est nécessaire d’appréhender l’immeuble à travers le parcours de celui qui va y vivre. Il s’agit donc du parcours dans l’immeuble mais au-delà de l’immeuble dans son environnement.

Alors évidemment, on continue d’adresser les fondamentaux immobiliers classiques, fonctionnelles, techniques, de développement durable lors de la conception de nos immeubles ou dans les travaux que l’on peut faire à l’intérieur.

Par ailleurs, on intègre aussi une notion d’expérience au sein de l’immeuble de services que l’on va associer en complément avec ceux déjà proposés autour de celui-ci. Il est clair que l’irruption du digital dans nos vies renforcent paradoxalement l’intérêt et l’importance de remettre de l’humain dans les immeubles. L’immeuble est un lieu de vie et donc un lieu d’échange quel que soit sa classe d’actif.

 

Et le bureau ?

En ce qui concerne le bureau, ça a longtemps été une classe d’actifs fermée sur elle-même, non-ouverte sur son environnement car c’était l’univers fermé et confidentiel de l’entreprise qui pouvait y recevoir des visiteurs. L’entreprise aujourd’hui est un milieu beaucoup plus ouvert. Il existe des dispositifs d’échange qui permettent l’informel beaucoup plus qu’auparavant et de permettre l’efficacité au travail. Nous appréhendons nos immeubles de bureau de manière beaucoup plus holistique et dynamique, au fur et à mesure de la journée. L’immeuble ne va pas avoir les mêmes flux. Il peut y avoir des commerces de pied d’immeuble ouvert en dehors des heures d’ouverture sur l’extérieur de l’immeuble mais qui servent aussi l’intérieur de l’immeuble de bureau pendant les heures d’ouvertures de l’immeuble. Ce sont tous ces éléments que l’on essaye de gérer de manière plus multifonctionnelle. On ne considère plus l’immeuble de bureau comme un immeuble tertiaire où l’on vient seulement travailler.

 

L’immeuble de bureau dans la ville de demain c’est…

Pour moi, l’immeuble de bureau dans la ville de demain est un immeuble connecté, connecté à son environnement qui met l’humain au cœur de ses préoccupations et qui est un véritable levier pour la performance de l’entreprise.

 

Pour plus d'informations sur notre SCPI dédiée au bureau, Primopierre, rendez-vous ici >>

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour nous permettre de vous fournir un contenu adapté à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Vous trouverez ici plus d’informations au sujet de notre politique concernant les cookies